5 août 2022

Clap de fin de la 1ère session parlementaire.

Chers amis, Je n'aurais jamais imaginé à quel point ces six premières semaines à l'Assemblée Nationale passeraient aussi vite et seraient à ce point denses ! Cette première session, qui s'est achevée jeudi soir dernier, nous aura permis de voter 11 textes, dont deux majeurs, sur le pouvoir d'achat des Français, d'examiner 2.563 amendements au cours de 34 séances, soit 137 heures de discussions (hors commissions), mais aussi de poser 98 questions au gouvernement. Pour moi ce fût une plongée directe dans le grand bain, dans un rythme effréné, qui nous a souvent conduit à terminer nos séances en pleine nuit ou au petit matin. Parallèlement, comme tous les nouveaux députés, j'ai dû prendre mes marques de manière express dans cette noble assemblée, former mon équipe de collaborateurs (je vous la présenterai à la rentrée), accompagner notre jeune groupe, le groupe Horizons à se structurer puisqu'il n'existait pas dans la précédente assemblée... Rien d'insurmontable, mais le cumul de tout cela fût assez chronophage. Au-delà, la situation politique d'absence de majorité absolue au sein de l'Hémicycle redonne toutes ses lettres de noblesse à une assemblée qui n'avait jamais connu cette situation depuis la création de la Vème République en 1958. La discussion, la recherche de compromis, le travail en amont des textes, le besoin de textes moins bavards et qui vont à l'essentiel..., tout cela, l'Assemblée n'y était plus familiarisée. "Dorénavant, la politique va à nouveau se faire à l'Assemblée, et c'est pour nous un grand bonheur car nous n'auront plus l'image d'une Chambre d'enregistrement", m'a confié le premier jour un huissier qui, visiblement, affichait de longues années au service de l'Assemblée. Il avait vu juste si j'en crois ces premières semaines qui viennent de s'écouler. Bien sûr, il y a un revers de la médaille à cette situation, avec des séances marquées par une présence importante des extrêmes, qui, avec 90 députés pour le Rassemblement National de Mme Le Pen et 73 pour La France Insoumise de M. Mélenchon, aiment se faire entendre, généralement loin du fond des sujets et au-delà du raisonnable. Même si la palme du brouhaha permanent et des incidents de séance provoqués pour faire du buzz, notamment sur les réseaux sociaux, revient aux élus de la Nupes, ceux de LFI singulièrement, l'extrême-droite n'est pas en reste. J'espère qu'une fois passés les chaleurs de l'été et l'enthousiasme des premières semaines, les discussions retrouveront plus de sérénité. Ce qui est plus important, c'est le fond du travail fait. Il y a d'abord ces deux projets de loi qui ont permis de donner 20 milliards d'€ aux Français (je les détaille plus bas) à un moment où l'inflation et la hausse des prix de l'énergie du fait du contexte international pèsent sur les conditions de vie de chacun de nous. La grandeur d'un pays comme la France et d'une République comme la nôtre est justement de pouvoir rapidement décider de mesures qui vont venir aider ceux qui en ont le plus besoin. C'est le cas des dispositions adoptées avec le Sénat ces derniers jours. Il y eu aussi un débat (sans vote) passionnant sur le bilan de la présidence française de l'Union européenne ou sur la stratégie sur les finances publiques, qui montrent que dans cette Assemblée, nous traitons aussi des sujets de long terme, de ceux qui nourrissent véritablement la réflexion politique. Me concernant plus spécifiquement, au sein du Groupe Horizons, comme porte-parole de ce groupe, au sein de la Commission des Affaires Sociales, qui a un rôle majeur, au sein aussi de la Délégation aux Collectivités territoriales, comme vice-président, je vais pleinement m'impliquer dans ce mandat, dans un équilibre permanent entre le travail à mener à l'Assemblée et le relais à faire avec les habitants de cette si belle 2ème circonscription de Seine-et-Marne. Le choix du gouvernement de ne pas convoquer de session extraordinaire en septembre va me permettre de me consacrer au terrain. Avec mon équipe, nous avons d'ailleurs déjà contacté les maires pour amorcer cette visite que je compte rendre à chacune des 72 équipes municipales que compte cette circonscription. A la rentrée, j'aurai stabilisé mon organisation et vous en reparlerai, mais d'ici là, et avec un vrai bonheur, les deux prochaines semaines sont vides dans mon agenda, ou plutôt ne sont barrées que d'un seul mot : "vacances" ! Je vous souhaite à tous de prendre du bon temps pendant ces jours d'août. Je serai heureux de vous retrouver à la rentrée. Amicalement, Frédéric Valletoux