Discours – Cérémonie du 8 mai 1945 – Frédéric Valletoux

Candidat aux élections législatives de la 2ème circonscription de Seine-et-Marne
Maire de Fontainebleau, Conseiller régional d'Île-de-France

newsletter

Discours – Cérémonie du 8 mai 1945

Partager cette actualité :

Mesdames, Messieurs,

Cette commémoration du 8 mai 1945, 77 ans après la capitulation des armées nazies, n’est pas une commémoration comme une autre. Aujourd’hui, en 2022, nous nous retrouvons à célébrer la fin d’une effroyable guerre, alors même que sur notre continent résonne à nouveau les fracas de la guerre et que des civils tombent tous les jours sous les balles d’une puissance totalitaire.

Ce 8 mai est incontestablement marqué par un contexte international aux antipodes des valeurs de paix et de liberté que transmet habituellement cette journée commémorative. Depuis le 24 février dernier, notre continent a une nouvelle fois basculé dans l’horreur et renoué avec la guerre entre deux Etats après 77 ans de paix. Une paix qu’après la chute du bloc soviétique chacun d’entre nous espérait intemporelle.

Mais nous nous sommes fourvoyés. Une nouvelle fois, nous avons sans doute manqué de vigilance et refusé de voir la montée des périls. Spinoza, dans toute sa sagesse, nous mettait pourtant en garde lorsqu’il écrivait : « La paix n’est pas l’absence de guerre, c’est une vertu, un état d’esprit, une volonté de bienveillance, de confiance, de justice ».

Malheureusement, le constat est là, implacable : derrière une paix apparente, c’est la guerre qui se préparait. Depuis plus de 20 ans ce sont les braises de la haine, de l’opposition avec l’Occident qu’attise Vladimir Poutine à travers ses discours, ses positions et ses comportements. Un état d’esprit animé par le conflit, par une volonté de revanche qui se traduit aujourd’hui par le retour d’un conflit de haute intensité sur notre continent.

Le retour de ces conflits se joint au flot ininterrompu d’images glaçantes de villes fantômes jonchées de cadavres, de corps que l’on déterre, d’Hôpitaux bombardés, de femmes violées, de civils mutilés, d’orphelins, de colonnes de réfugiés… une guerre insensée qui s’enlise et renforce chaque jour un peu plus la détresse du peuple ukrainien. Cette détresse nous la devinons dans les regards des amis ukrainiens que nous accueillons, à Fontainebleau comme dans tant de villes d’Europe.

Dans ce contexte international, les cérémonies mémorielles prennent tout leur sens. Le passé devient un guide pour nos choix futurs et une clé de compréhension des souffrances vécues à l’autre extrémité de l’Europe. Autour de cette mémoire encore vive de ces atrocités d’hier et face à celles d’aujourd’hui, une fraternité s’installe entre nos peuples, qui pousse chacun d’entre nous à mesurer la chance de vivre en paix au sein d’un pays libre.

Ainsi, en ce jour si spécial pour le peuple français, je tiens à adresser à nos frères et sœurs ukrainiens une pensée toute particulière. Nous serons toujours, par les armes comme aujourd’hui, mais surtout par le cœur, avec eux.

Pour nous européens, pour nous Français, ce qui se passe à l’autre extrémité de l’Europe doit agir comme une véritable piqure de rappel. La paix n’est jamais acquise et il est de notre devoir de veiller à sa protection.

En 1939, l’échec de la Société des Nations et de la diplomatie avait sonné. Le 3 septembre, nous entrions en guerre confronté à la folie destructrice du IIIème Reich. Nos forces ont livré de vaillants combats et se sont battues avec courage.

Mais malgré l’engagement de ces hommes, notre armée fut battue, notre pays contraint de capituler et tout espoir de victoire semblait perdue. Et pourtant, alors que la France venait de connaitre l’un de ses plus grands revers militaires, dès juin 1940, le destin français était en marche à travers les mots du Général de Gaulle.

Après 5 années de lutte durant lesquelles, la France libre et la Résistance se sont opposés à l’asservissement de notre Nation et au dévoiement de ses idéaux, l’Allemagne nazie fut contrainte de capituler. Et ce, grâce à l’engagement impressionnant et décisif des Etats-Unis et des pays alliés.

En effet, dès le 8 mai 1945, le Général de Gaulle affirmait que c’était grâce aux Etats-Unis et aux alliés, « qui ont mêlé leur sang à notre sang, leurs peines à nos peines, leur espérance à notre espérance », que la France et le monde libre avaient su triompher.

Aujourd’hui, comme hier, l’approche doit être la même. Notre grandeur, notre capacité à imposer la paix et à faire triompher les droits de l’Homme passera par l’engagement collectif de nations portant les mêmes idéaux et partageant les mêmes valeurs. Ainsi, si à mes yeux, la France commémore en ce 8 mai la Victoire des Alliés, nous célébrons également l’effort commun qui en a suivi afin de bâtir ce que Victor Hugo appelait «l’union des libertés dans la fraternité des peuples » pour former un « avenir où commencera pour le genre humain la vie universelle et que l’on appellera la paix de l’Europe. »

A l’heure actuelle, où de grands blocs se forment, où les tensions internationales s’exacerbent, où le monde replonge dans la guerre, la France a plus que jamais besoin de l’Union Européenne et l’Union Européenne besoin de la France. Ce n’est qu’en avançant conjointement que nous pourrons défendre l’humanisme européen, notre démocratie et notre civilisation.

Les derniers mois ont été marqués par un discours nationaliste, anti-européen prônant le repli et la désobéissance à l’amitié européenne. Je le regrette profondément.

C’est le sens que je veux donner à mon intervention, la paix, notre avenir à travers les grands défis que nous devrons surmonter dépendent de l’Union Européenne. Sortir de l’Europe, c’est renoncer à peser dans le monde, c’est renoncer à notre influence et à nos ambitions internationales.

Nous devons renforcer notre attachement à l’Union Européenne, renforcer la collaboration européenne et ce dans tous les domaines. Ensemble, nous serons plus forts, ensemble nous augmenterons notre capacité à faire valoir nos intérêts, ensemble nous sommes une super puissance économique, politique, et bientôt, je l’espère, militaire.

Et je m’en réjouis, c’est le chemin que la France et ses partenaires européens ont choisi de prendre avec le vote en 2021 du tout premier budget européen de défense.

Ce vote, permettra, comme le disait Jean d’Ormesson, à l’Europe de « relèver la tête pour se montrer à la hauteur de son histoire et de sa puissance. ». Une puissance qui passera, j’en intimement convaincu, par le renforcement du couple franco-allemand.

Et c’est pour moi tout un symbole de voir, présent à mes côtés, pour célébrer cette date fondatrice de l’Europe que nous connaissons aujourd’hui, mon homologue Uli Burhardt, le maire de Constance, accompagné d’une délégation de sa ville. Une Ville de Constance avec laquelle nous sommes jumelés depuis maintenant 62 ans.

N’oublions pas qu’avec ce jumelage, nos deux villes furent parmi les premières à l’époque, 10 ans seulement après la déclaration de Robert Schuman, à décider de prendre toute leur part dans la construction européenne. Ainsi, à Fontainebleau comme à Constance, chaque jour, nous participons à travers un partage culturel intense à donner corps à l’Union Européenne et à créer un lien durable entre le peuple français et allemand.

Cette amitié dure depuis si longtemps qu’elle est aujourd’hui dans les gènes de Fontainebleau et de ses habitants. Il ne se passe pas une semaine sans que dans les classes, dans les associations, dans les évènements de la Ville ou dans les discours du maire, ce jumelage avec la si belle ville et si prestigieuse Ville de Constance ne soit pas évoqué.

Merci, cher Uli Burchardt de ta présence en cette date si symbolique, pour marquer ton attachement, bien sûr, à Fontainebleau et à notre histoire commune, mais au-delà au symbole puissant et fondateur que ce jumelage revêt : celui d’une Europe plus fraternelle, plus unie autour de ses valeurs fondatrices.

En ce jour, soyons dignes de ceux morts pour notre liberté, pour faire cesser les combats et la barbarie du IIIème Reich en défendant ce qu’ils nous ont légué de plus cher, la paix.

Vive la Liberté, Vive l’Égalité, Vive la Fraternité.

Vive la Paix, Vive la République, Vive la France et Vive l’Europe.

https://www.facebook.com/VilledeFontainebleau/videos/308475227976363