Mon discours à l’occasion du 14 juillet 2014

Retrouvez ci-dessous le texte de mon intervention ce matin devant l’Hôtel de Ville, à l’occasion de la Fête nationale.

Beaucoup de ferveur encore une fois autour de cet événement, avec en prime l’un des (rares) rayons de soleil de ces derniers jours…

14 juillet


Intervention de Frédéric Valletoux, Maire de Fontainebleau
14 juillet 2014
(Seul le prononcé fait foi)
“Le 14 juillet, fête de la Nation française, est une date tout a fait particulière. Ce jour est en effet le moment choisi depuis 1880 pour célébrer l’unité nationale autour des valeurs républicaines. Et bien sûr la IIIeme République naissante n’a pas choisi ce jour au hasard : il vient rappeler la Révolution française et la fête de la Fédération du 14 juillet 1790, qui elle-même célébrait la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789.
Il s’agit ainsi de ne pas oublier que nous célébrons aujourd’hui l’unité nationale autour des valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité ; l’unité nationale autour de nos institutions républicaines et démocratiques ; l’unité nationale autour de notre drapeau et depuis quelques années déjà du drapeau européen ; l’unité nationale autour de notre Armée, qui est l’un des ciments de notre Nation ; l’unité nationale, enfin, en ayant en tête qu’elle est un bien précieux, à défendre contre toutes les intolérances et les excès qui peuvent à tout moment la menacer, un bien précieux qui s’est façonné au cours des siècles.
La France d’aujourd’hui s’est construite tout au long d’une histoire heurtée, faite tout à la fois d’épisodes violents et de périodes prospères, d’heures glorieuses et de pages plus sombres. Mais voilà, l’Histoire est un fil continu. L’Histoire ne se découpe pas, elle est un tout.
Et dans ce continuum, notre Ville, Fontainebleau, vient particulièrement éclairer la richesse de ce passé. En choisissant de faire de Fontainebleau l’une de leur résidence, et ce pendant huit siècles, la monarchie et l’Empire ont fait de notre Ville, la ville de France, avec Paris, où s’est exercé le pouvoir national le plus longtemps et avec la plus grande permanence.
Si je le rappelle ainsi aujourd’hui, ce n’est pas par esprit de forfanterie, mais bien pour dire à quel point je crois qu’ici, peut être plus qu’ailleurs, nous devons être attachés à ce lien particulier qui pour toujours nous unit avec l’Histoire.
Aujourd’hui, nous célébrons la République. Lors du Bicentenaire des Adieux de Napoléon à sa Garde, en avril dernier, nous avons tous ensemble célébré la tradition impériale de Fontainebleau.
L’Empire d’un côté, la République de l’autre. Il n’y a là ni incohérente, ni contradiction, mais seulement la conviction que ces deux périodes sont aussi complémentaires sur plusieurs points. L’épopée napoléonienne s’est inscrite dans la continuité de l’aventure révolutionnaire, initiant un processus qui mettra près d’un siècle à accoucher d’une République stable.
N’oublions pas d’ailleurs ce que la République doit à l’Empire. Il suffit de se pencher sur l’origine des institutions qui vous allez voir défiler dans quelques minutes pour vous en rendre compte.
C’est par exemple Napoléon 1er qui, par décret du 18 septembre 1811, a créé le Bataillon de sapeurs chargé des pompes à incendie de la Ville de Paris, première organisation de pompiers professionnels. Les sapeurs-pompiers de Fontainebleau-Avon en sont les héritiers.
Quant aux cavaliers du Centre Sportif d’Equitation Militaire, ils bénéficient quotidiennement de l’extraordinaire manège de Sénarmont, classé Monument Historique, qui a aussi été créé par Napoléon 1er en 1807.
Et lorsque tout à l’heure je remettrai la médaille de la Ville aux 27 jeunes Bellifontains qui ont cette année obtenu le Baccalauréat avec une mention Très Bien, ces jeunes gens se souviendront que le « bac » dans sa version moderne a été inventé par Napoléon 1er en 1808.
Que mes propos ne soient pas mal compris : il ne s’agit bien sûr pas de faire une quelconque apologie de l’Empire, car rien n’est plus précieux que la liberté et l’égalité républicaines. Mais n’oublions pas ce que la République doit aussi à l’Empire, n’oublions pas que cette Union nationale que nous célébrons aujourd’hui est un tout.
En cette année 2014, la fête nationale revêt aussi un caractère particulier, 70 ans après la libération de 1944.
Je vous invite toutes et tous le 23 août prochain, pour une commémoration de la libération du Pays de Fontainebleau, que nous organisons conjointement avec les Maires d’Avon, Bourron-Marlotte, Samois-sur-Seine, Héricy, Vulaine-sur-Seine et Samoreau.
Dans une période qui est difficile, on le sait, pour beaucoup de Français, je crois que ces cérémonies commémoratives sont précieuses parce qu’elles nous rappellent que ce qui nous rassemble est beaucoup plus important que ce qui nous divise.
A Fontainebleau nous avons aussi pris l’habitude de faire de notre fête nationale une fête européenne et internationale.
Je salue la présence la délégation militaire allemande, sous les ordres du Lieutenant Jost, qui nous fait l’amitié cette année encore de défiler aux côtés des troupes françaises. C’est cette présence qui explique la présence ici du drapeau de la République fédérale d’Allemagne.
Je remercie également les Ecoles d’Art américaines, qui nous offriront tout à l’heure un aperçu de leur talent, en avant-goût des représentations qui auront lieu au fil de l’été à Fontainebleau et Avon.
La fraternité aujourd’hui ne peut s’envisager qu’à l’échelle internationale. Soyons fiers et heureux d’habiter dans une ville qui, malgré sa petite taille, nous offre la possibilité d’en faire tous les jours l’expérience.
Vive Fontainebleau, vive le Pays de Fontainebleau, vive la République, Vive la France, vive l’Europe ! “