Discours du 11 novembre 2016

11-novembre-2016

Monsieur le Sous-Préfet,                                                                                       Mesdames et Messieurs les représentants des autorités civiles et militaires,   Mesdames et Messieurs les représentants des Anciens Combattants,             Mesdames et Messieurs les élus,                                                                           Mesdames et Messieurs, mes chers concitoyens,

A l’échelle de nos vies, 100 ans c’est un horizon lointain. Mais qu’est-ce que 100 ans à l’échelle de l’Histoire et surtout de nos mémoires et de nos consciences ? Souvenons-nous une fois de plus ce matin des événements du siècle dernier et en particulier de ce drame que fut la première guerre mondiale.

Ce conflit qui déchira l’Europe et une bonne partie du monde entre 1914 et 1918 occupe encore, quelques années après la disparition des derniers combattants survivants des tranchées, dans nos cœurs et dans notre mémoire collective, une place particulière.

D’abord par l’ampleur du bilan humain et des pertes : 9 millions de morts et 6 millions de mutilés dans toute l’Europe. La France sort de cette guerre meurtrie et ruinée: 1 400 000 morts dont 600 000 victimes civiles; 630 000 veuves et 700 000 orphelins de guerre. Plus de 3 millions de blessés, de mutilés, d’aveugles, de gazés. Ces chiffres qui donnent le tournis et qui sont sans commune mesure avec les conflits que notre monde avait connu jusque-là.

Car, et c’est la seconde raison qui rend cette période si particulière à nos yeux plus d’un siècle après : avec la 1ère guerre mondiale, nous apercevons véritablement pour la première fois ce que seront les guerres du 20ème siècle : sanglantes avec leurs lots de victimes civiles et plus seulement de soldats, totales avec une mobilisation du front mais aussi de l’arrière ou tout l’appareil productif est tourné vers l’effort de guerre, globale avec des ramifications sur l’ensemble de la planète et plus simplement sur le territoire d’un seul pays ou même d’un seul continent.

Alors que nous célébrions cette année le centième anniversaire de la terrible bataille de Verdun, nous avons tous en tête aujourd’hui cette formule de Schopenhauer :                 « L’Histoire est pour un Peuple ce que la Conscience est pour un Homme. Un Peuple qui oublie son histoire est comme un Homme qui perd sa conscience ».

Voilà en une phrase résumée tout le sens de ces commémorations : le souvenir qui se mue en une vision et une volonté commune. Celle d’abord de la transmission d’une mémoire, ce fil qui relie les générations entre elles et cimente une nation – je suis à ce titre particulièrement fiers que nous puissions compter à Fontainebleau, sur une implication importante de nos élèves de collège et lycée à travers les lectures de deux textes forts tout à l’heure mais aussi à travers la prestation de nos jeunes et talentueux musiciens.

Une vision et une volonté commune d’affronter l’avenir avec détermination, dignité et lucidité également. Un siècle après la Grande Guerre, le contexte est bien évidemment radicalement différent : les impérialismes conquérants des grandes puissances européennes qui ont déchiré notre continent au cours de la première moitié du 20ème siècle n’existent plus. L’Europe occidentale n’a plus connu la guerre sur son sol depuis plusieurs décennies.

Oserait-on en conclure que les menaces n’existent plus ? Bien évidemment non. Et chacun d’entre nous garde en tête ce que nous avons vécu il y a tout juste un an, à Paris, si près d’ici.

Nous sommes face à un nouvel ennemi, une nouvelle menace. Diffuse, protéiforme, souvent insaisissable. Faible dans ses moyens d’actions – si l’on la compare aux armées conventionnelles – mais redoutable dans sa capacité à frapper les esprits, à nous saisir d’effroi et par là, à tenter de nous diviser.

Face à cette menace, la réponse, c’est la République, c’est la Nation et ses valeurs. Notre arme ce sont aussi, je tiens à leur rendre hommage, ces hommes et ces femmes qui ont fait le choix de mettre leur vie en jeu pour nous protéger : armée, police, gendarmerie… Nous savons ce que nous leur devons, nous mesurons le prix qu’ils paient parfois, trop souvent, pour assurer notre sécurité. J’ai aujourd’hui une pensée pour nos soldats tués sur les différents champs d’opération dont le dernier en date il y a tout juste une semaine, sous-officier du 515e régiment du train de la Braconne, tombé au Mali le 5 novembre 2016.

Une pensée également pour nos forces de Police et Gendarmerie qui font leur métier aujourd’hui dans des conditions extrêmement difficiles sans toujours bénéficier de toute la reconnaissance qu’elles mériteraient.
S’il est un enseignement que nous devons tirer de la première guerre mondiale, alors même que près d’un siècle s’est écoulé depuis, c’est précisément le fait que notre vieux continent, s’il est fragmenté, s’il est morcelé par les égoïsmes nationaux, s’il succombe à la tentation du repli sur soi, alors il court un grand danger.

La grande idée d’une unification des États Européen, qui a commencé à poindre au lendemain de la 1ère Guerre Mondiale, même s’il a fallu attendre plusieurs décennies pour qu’elle se concrétise, cette grande idée d’une Europe unie est aujourd’hui mise à mal, en panne, incapable de trouver une réponse aux nouveaux défis de ce siècle. Mais ne nous y trompons pas, malgré ses carences, ses insuffisances, c’est bien dans le renforcement de nos liens entre nations européennes que nous trouverons les réponses à ces défis.

Dans une période difficile, troublée, il est à mon avis indispensable et urgent de donner à ce projet européen – qui nous a apporté la paix – un nouvel élan. Ce serait, je crois, une belle façon de rendre hommage, au-delà des discours et des cérémonies, à toutes les victimes des conflits passés, à tous ceux qui sont morts après s’être battus avec une idée en tête : qu’à la guerre succéderait la paix, qu’au choc des armes succéderait la concorde entre les hommes…
Soyons à la hauteur de leur sacrifice.

Je vous remercie de votre attention.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *