Discours du 14 juillet 2016

Retrouvez ci-dessous le texte de mon intervention du 13 juillet, à l’occasion des festivités de la Fête nationale à Fontainebleau. Bien évidemment, j’ignorais alors que dès le lendemain, la barbarie et la haine frapperaient de nouveau notre pays…

DSC_0022

Monsieur le Sous-Préfet,
Mesdames et Messieurs les maires,
Mesdames et Messieurs les élus,
Madame la Présidente du TGI de Fontainebleau,
Mesdames et Messieurs les officiers,

La République, avec ses valeurs, ses symboles, ses institutions est un bien commun pour tous les Français sans distinction d’origine familiale ou de condition sociale. Et la communauté nationale se retrouve pour reconnaître dans ces festivités du 14 Juillet, jour de la Fete Nationale, l’un des ciments du Pacte républicain.

Cela fait 136 ans, depuis 1880 très exactement, que le 14 juillet a été choisi pour être le jour de la fête nationale. Ce jour là, nous célébrons avant tout l’unité nationale autour des valeurs et des emblèmes de la République : le drapeau bleu, blanc, rouge ; notre hymne national, La Marseillaise ; une devise constituée de 3 mots, 3 concepts fondateurs – Liberté, Égalité, Fraternité ; mais aussi le lien sacré entre l’Armée et la Nation. La Nation, ce vouloir vivre-ensemble, c’est-à-dire cette conviction que nous avons à la fois un héritage partagé mais également une communauté de destin.

Or, cette année, ces célébrations prennent un accent un peu particulier. En effet, rarement dans notre histoire récente, ressentons-nous de manière aussi vive qu’aujourd’hui, le besoin de défendre ces deux piliers de notre pays – la République et la Nation – qui sont confrontés à des défis et des menaces inédites.
Je n’ai pas besoin ici de vous rappeler le contexte dans lequel nous vivons. Les attentats barbares de l’année 2015 sont venus nous rappeler avec brutalité à quel point ce que nous considérions hier encore comme acquis, est fragile et précieux.

L’objectif que poursuivent les ennemis de la France est simple : détruire la Nation, saper son unité, en s’attaquant à ses symboles, à ses institutions, au ciment même sur lequel nous avons, génération après génération, bâti ce pays. L’égalité Républicaine, l’État de Droit, la laïcité, les libertés individuelles, comme la liberté d’expression, la liberté de culte, l’égalité homme-femme…

A cette menace, à ces attaques, nous devons répondre sans concession, sans céder un centimètre de terrain à l’obscurantisme, à toutes les formes de totalitarisme. Mais nous répondrons en restant fidèles à nos valeurs et à notre histoire. Nous répondrons avec nos armes : le droit contre la violence aveugle, la justice contre l’arbitraire, la solidarité face à la haine de l’autre, l’unité face aux tentations du communautarisme et d’exclusion.

La France est forte et la République est solide. Chaque crise, on le voit, est ainsi l’occasion d’un mouvement massif et spontané de réaffirmation d’attachement à nos valeurs. Nous le voyons bien avec l’augmentation très importante depuis l’année dernière de jeunes qui ont souhaité s’engager pour défendre leur pays. En 2015, 170 000 jeunes ont poussé la porte d’un centre de recrutement, 50 000 de plus que l’année précédente. C’est la preuve que notre Nation est avant tout riche des hommes et des femmes qui la composent et qui sont prêt à s’impliquer personnellement pour la défendre.

En ce jour du 14 juillet, je tiens particulièrement à profiter de l’occasion qui m’est donnée de prendre la parole devant vous tous – M. le Sous-Préfet, représentant l’Etat, Mesdames, Messieurs les autorités civiles et militaires, Mesdames, Messieurs les Maires et élus du Territoire – pour, en notre nom à tous, rendre un hommage tout particulier à l’ensemble des forces de sécurité et de secours. Forces armées, pompiers, police, gendarmerie, SAMU, urgentistes dont certains corps sont représentés aujourd’hui dans le défilé militaire.

C’est lorsque nous sommes attaqués, lorsque notre pays est en difficulté, confronté à une attaque terroriste ou à un épisode climatique extrême comme nous venons de le vivre, que nous réalisons pleinement le rôle absolument indispensable que jouent ces hommes et ces femmes.

Et c’est précisément parce qu’ils jouent ce rôle essentiel qu’ils sont parfois eux-mêmes pris pour cibles et menacés. Menacés et pris pour cible, uniquement parce qu’ils sont ce qu’ils sont, c’est-à-dire des agents du service public, des héros anonymes du quotidien, engagés pour défendre la France, pour protéger les Français, pour venir en aide aux personnes en danger, pour sauver des vies.

Sauver des vies, venir en aide à la population et aux personnes en situation de détresse, il en a également été très largement question il y un peu plus d’un mois, au moment où plusieurs départements, dont la Seine-et-Marne, ont été durement touchés par des inondations importantes qui ont fait énormément de dégâts matériels et plusieurs victimes.

L’ensemble des services du SDIS ont, en l’espace de quelques jours, répondu à 4.500 alertes, ce qui a nécessité au plus fort de la crise la présence dans les communes touchées de sud Seine-et-Marne, plus de 300 pompiers mobilisés simultanément.

4.000 personnes à évacuer, des sauvetages à effectuer avec l’aide notamment des hélicoptères de la Sécurité Civile et des bénévoles de la Protection Civile ; une coordination importante entre les différents services départementaux avec des renforts issus des SDIS de plusieurs départements, de la BSPP (pompiers de paris) et des UIISC (Unité de la sécurité civile basée à Nogent le Rotrou et de Brignolles) ; une participation fortes des différentes unités spécialisées : plongeurs spécialisés dans le sauvetage nautique, Unité chimique, la reconnaissance aérienne ; sans oublier les personnels administratifs et techniques qui ont participé aux opérations à travers le soutien logistique, mécanique, alimentaire et en salle de crise.

Encore une fois, il me semblait important de citer ces quelques éléments qui donnent un aperçu de l’ampleur de l’effort qui a pu être mobilisé pendant ces quelques jours de crises liées aux inondations.

C’est aussi pour leur rendre hommage que j’ai souhaité inviter les maires des communes du territoire à être parmi nous aujourd’hui.
Vous m’autoriserez, Mesdames et Messieurs les Maire, à parler en notre nom à tous pour remercier l’ensemble des forces de sécurité et de secours qui ont été à pied d’œuvre pendant ces quelques jours difficiles. Vous qui, dans les communes inondées, avez été aussi en première ligne de l’aide à vos concitoyens, vous mesurez mieux que quiconque l’apport essentiel des forces de sécurité dans les moments de crise et de détresse.

La République s’incarne par les hommes et les femmes qui constituent ses Institutions : la Police, l’Armée, les Pompiers, les Elus, et plus largement tous ceux qui travaillent tous les jours au service de l’intérêt général… Que ce jour de Fête Nationale soit l’occasion pour nous de leur rendre hommage et de les remercier.
Vive la République, Vive la France et Vive l’Europe.

DSC_0103

DSC_0096

DSC_0084

DSC_0070

DSC_0062

DSC_0051