Tous les coups ne sont pas permis en politique

J’ai annoncé lundi soir en conseil municipal mon intention de déposer prochainement une plainte pour dénonciation calomnieuse contre ceux qui, lors de la dernière campagne municipale, ont largement diffusé des accusations de malversations, de magouilles et de prévarications visant mon premier adjoint d’alors et moi-même dans le dossier du nouveau cinéma de Fontainebleau.
Ces accusations totalement farfelues et inventées, diffusées à quelques jours des dernières élections municipales et portées à la connaissance de la Justice par mes détracteurs, ont fait récemment l’objet d’un classement sans suite de la part du Procureur de la République de Fontainebleau. Mais à l’époque, il s’agissait pour ceux qui en sont à l’origine d’instrumentaliser la justice à des fins électorales, en nous accusant pêle-mêle de “faux en écritures publiques”, “conflit d’intérêt”, “détournement de fonds publics”, “dilapidation de fonds publics”, “prise illégale d’intérêts”, et “délit de favoritisme”.
Ce procédé est totalement abject et ces méthodes, qui visent à mentir pour salir, à jeter en pâture l’honneur des uns et des autres pour espérer grappiller quelques voix, doivent être combattues avec la plus grande fermeté.
A l’époque, j’ai condamné de tels agissements, mais à quelques jours des élections il n’est pas toujours aisé d’être audible. J’ai donc attendu pour réagir que la justice statue sur ces attaques ignobles et déshonorantes.
Aujourd’hui, c’est sur le même terrain de la Justice que je compte porter l’affaire, pour au moins trois raisons.
D’abord, je le fais pour défendre certes mon honneur, mais au-delà celui de mon premier adjoint, Jean-Alec Ducros, déjà affaibli par la maladie à l’époque et qui, aujourd’hui, n’est plus là pour se défendre. Si à 39 ans, en 2005, j’ai choisi de me présenter à des fonctions électives et ensuite de me consacrer à ces missions, c’est au nom d’une conception de l’action politique et publique aux antipodes des accusations que l’on a formulées contre moi. 

Ensuite, je le fais pour mettre à jour les méthodes utilisées par mes opposants pendant cette campagne des municipales : la manipulation, l’utilisation de prête-noms et le mensonge.
Enfin, je le fais pour démontrer par là même, s’il en était encore besoin, la complète légalité et transparence de ce projet de cinéma.
Tous les coups ne sont pas permis en politique. C’est la deuxième fois depuis que je suis maire que j’en appelle à la Justice pour défendre mon honneur. La première fois, en 2007, le maire d’Avon de l’époque avait été condamné pour injure publique à caractère nazi à mon encontre par le TGI de Fontainebleau. Aujourd’hui, j’irai jusqu’au bout de cette nouvelle action.
“On ne fait pas de la politique avec de la morale, mais on n’en fait pas davantage sans”, a dit un jour André Malraux. Je le crois profondément.

VIDEO – Interview sur France info


L’hôpital public doit participer à l’effort de… par FranceInfo

Frédéric Valletoux, président de la Fédération Hospitalière de France était sur France Info pour parler de la réponse des professionnels de la santé à la diète imposée aux hôpitaux et aux cliniques.

Le gouvernement vient d’annoncer une baisse des tarifs administrés des actes facturés par les hôpitaux et cliniques à la Sécurité sociale. En 2015 ces tarifs baisseront de 2,5% dans le privé et de 1% dans le public qui est donc moins touché.
Réaction du président de la Fédération Hospitalière de France (FHF) au micro d’Emmanuel Cugny : “L’hôpital public doit participer à l’effort de maîtrise des comptes de toutes les administrations“.

 

CCPF : un budget 2015 sous contraintes

Communiqué du Bureau communautaire

Pour établir son budget 2015, la Communauté de communes du pays de Fontainebleau (CCPF) a dû prendre en compte une double contrainte.

La première, c’est celle d’avoir à subir une chute des dotations de l’Etat sans précédent.
Si cette réalité s’impose à toutes les collectivités locales, cette baisse signifie pour la CCPF une perte de 300.000 € (-10%) de la dotation globale de fonctionnement, une diminution qui va se poursuivre et s’amplifier dans les années à venir.

La seconde contrainte concerne la fermeture imprévue de la Piscine de la Faisanderie depuis le mois d’août 2014 et jusqu’à la rentrée prochaine. Cette fermeture pour des raisons de sécurité du bâtiment entraîne un manque à gagner (car pas de recettes d’exploitation malgré le maintien d’un certain nombre de charges) de 240.000 € en 2015 et un besoin d’investissement non programmé pour procéder à sa réouverture de plus de 1,7 million d’€ d’investissement.

Pour compenser ces près de 550.000 € de recettes en moins en 2015, nous avons d’abord mis en place un plan drastique d’économies dans l’administration communautaire ces derniers mois : baisse des charges à caractère général, non reconduction des CDD et non remplacement des départs à la retraite, gel des salaires. Ce plan a permis une économie de 200.000 €.

Néanmoins, l’ampleur de l’économie à réaliser nécessite un effort supplémentaire, c’est pourquoi nous proposons au Conseil communautaire une hausse des taux d’impôts intercommunaux limitée pour les ménages au nécessaire de 7%. Cela permettra d’apporter les recettes indispensables pour boucler le budget. La hausse pour les acteurs économiques sera inférieure afin de soutenir leur développement sur le territoire.

La baisse des dotations et ce coup dur sur la piscine ne nous laissent malheureusement pas d’autres choix au niveau intercommunal. Surtout si, comme nous le souhaitons, nous voulons préserver les capacités d’investissement de la CCPF, par exemple pour rouvrir rapidement la piscine, notamment pour les écoliers, faire aboutir la rénovation du stade Philippe Mahut qui est fréquenté chaque semaine par plus de 8.000 personnes venues de tout le Pays de Fontainebleau, ou enfin conforter les activités nautiques sur la rive gauche de la Seine.

Pour autant, en volume, l’impact sur les contribuables sera très limité, entre 10€ et 50€ par an en moyenne par foyer. Quelques exemples :
– Un propriétaire d’une maison de 200m² verra sa taxe foncière augmenter de 2€ par an, et sa taxe d’habitation de 30€ par an.
– Un locataire d’un appartement de 90m² verra sa taxe d’habitation augmenter de 15 € par an.

Malgré un contexte difficile pour les collectivités, avec des contraintes qui amènent actuellement l’Association des Maires de France à tirer la sonnette d’alarme et à demander au Gouvernement de préserver les finances locales, nous faisons tout notre possible pour limiter l’impact sur le portefeuille des ménages.

Signataires :
Frédéric Valletoux, président
Catherine Triolet, Jean-Pierre Joubert, Marie-Charlotte Nouhaud, Didier Maus, Béatrice Rucheton, Geneviève Machery, François Roy, Chrystel Sombret, vice-présidents

 

Les chiffres clés du budget 2015 :

> Une baisse inédite des recettes
> Baisse des dotations de l’Etat : – 300 000€
> Fermeture de la piscine : – 237 000€

> Un recours limité au levier fiscal
> Un coût limité entre 10 et 50€ /an en moyenne par foyer

> Un plan d’économie de 200 000€ en 2015