Le point sur les travaux de la Place de la République

A lire en cliquant sur l’image la lettre d’information distribuée aux riverains de la Place de la République au sujet des travaux qui vont s’y dérouler. Le déplacement du transformateur EDF, préalable au creusement du parking, débutera le 30 juin. Je vous tiendrai régulièrement informés de l’avancée de ce chantier qui va redonner à Fontainebleau une vraie place de centre-ville.

Lettre info juin

Les nouveaux rythmes scolaires au menu du conseil municipal du 16 juin

Ce lundi 16 mai, je réunirai le conseil municipal de Fontainebleau pour la quatrième fois depuis les élections de mars, pour évoquer notamment la mise en œuvre dans notre Ville des nouveaux rythmes scolaires.

Dans toutes les communes de France, ce sujet provoque de nombreux débats, d’ailleurs plus souvent marqués par l’incompréhension et la contestation que l’approbation. Si l’idée de départ paraissait opportune et louable (alléger la journée des enfants à l’école, mieux repartir le temps scolaire sur la semaine et encourager les communes à organiser des activités épanouissantes pour les enfants), à l’arrivée cette réforme voulue par le gouvernement ressemble à un rendez-vous raté. Où comment tuer une bonne idée, décidément une habitude pour ce gouvernement… Ainsi, tout l’effort est reporté sur les communes et la vraie solution qui aurait été une réduction du calendrier des vacances, pour penser la baisse du temps scolaire sur l’année et pas seulement sur la semaine, a longtemps été soigneusement écartée.

À Fontainebleau, nous avons lancé le travail de concertation il y a plus d’un an, mais ça n’est que ces dernières semaines que nous avons pu caler l’organisation pour tenir compte des recommandations ministérielles et des ultimes changements du décret qui encadre la réforme. Nous avons veillé à ce que les nouveaux temps que la commune doit prendre en charge à travers les Nouvelles activités périscolaires (NAP) soient de vrais temps d’apprentissage et d’éveil et surtout pas des garderies déguisées.
Sans entrer dans trop de détails, nous avons organisé les choses à partir des principes suivants :
. Le matin sera consacré au temps d’apprentissage avec 3 heures de classe.
. Les Nouvelles activités périscolaires, pour les élémentaires, seront concentrées sur deux après-midi de la semaine, différemment selon les écoles.
. Ces activités périscolaires seront gratuites pour les maternelles et payantes pour les élémentaires (avec trois tarifs, de 1 à 2 euros par séance selon les revenus).
Ces quelques principes, qui encadrent le nouveau rythme scolaire à partir de la rentrée prochaine, supposent bien sûr une multitude de précisions, s’agissant notamment du fonctionnement de l’école internationale Léonard de Vinci. Avec ses sections germanophone et anglophone, cette école fait en effet l’objet d’un rythme particulier.

Notre majorité s’est beaucoup interrogée sur la gratuité ou non des Nouvelles activités périscolaires. Deux arguments l’ont emporté. D’une part, le coût prohibitif de cette réforme, pas compensé par l’Etat, sauf en partie les deux premières années. D’autre part, c’est une conviction, il est sain que les usagers d’un nouveau service qui représente un effort financier substantiel pour la collectivité, participent, même de manière symbolique, au financement dudit service.
Pour Fontainebleau, le surcoût a été estimé selon les scénarios entre 355.000 et 435.000 euros. Rappelons qu’à Fontainebleau, 1 point d’impôt représente 80.000 euros. Il nous faudrait donc augmenter les impôts entre 4,5% et 5,5% pour faire face au surcoût des nouveaux rythmes scolaires. Comme il n’est bien sûr pas question d’augmenter les impôts conformément à l’engagement que j’ai pris, il fallait trouver un juste équilibre entre le financement par les usagers et le financement par les contribuables, via le budget de la Ville. Pour 2014, nous allons bénéficier d’une petite aide de l’Etat qui disparaîtra ensuite. Une fois prise en compte cette aide et la contribution des parents, la charge nette pour la Ville s’élèvera entre 200.000 et 280.000 euros (soit l’équivalent de 2,5 à 3,5 points d’impôt). C’est autant qu’il va falloir économiser ailleurs pour absorber cette nouvelle dépense.